Copenhague / stockholm

La place des soins de suite
et réadaptation dans les parcours de soins intégrés : quels enseignements du Danemark et de la Suède ?

Danemark / Suède
Santé
32 délégués
Novembre 2019
Du 17 au 23 novembre 2019, 32 membres du Conseil d'Administration de la FHP - SSR se sont rendus au Danemark et en Suède pour améliorer leur compréhension d e la place qu'occupe la rééducation dans l'offre de soins.
Du 17 au 23 novembre 2019, 32 membres du Conseil d'Administration de la FHP-SSR se sont rendus au Danemark et en Suède pour améliorer leur compréhension de la place qu'occupe la rééducation dans l'offre de soins. Au cours d'une semaine de visites intenses, la délégation française a pu saisir les caractéristiques de ces systèmes de santé réputés pour leur excellence.

Au Danemark
, la délégation a été accueillie par l'agence publique Healthcare Danemark qui leur a offert une vision complète du système de santé danois. L'exemple des parcours des patients diabétiques a permis de comprendre concrètement le rôle des différents acteurs impliqués, entre l'hôpital, qui développe des prises en charge ambulatoires pour les patients les plus complexes et la commune, qui réalise la prévention et accompagne les patients les plus autonomes. Les acteurs privés sont également impliqués, comme la Fondation Novo Nordisk qui a lancé l'initiative « Cities against diabetes » dans le monde. Une table ronde regroupant représentants des patients, des professionnels de la rééducation et des médecins a permis d'éclaircir le questionnement majeur des participants : quel est le parcours des patients complexes quand il n'y a pas de lits d'hospitalisation en soins de suite et réadaptation. La visite du Centre de réadaptation de l'Hôpital de Bispebjerg a apporté un élément de réponse : les patients sont hospitalisés jusqu'à être en capacité de retourner à domicile. Ils bénéficient alors d'une rééducation en ambulatoire et à domicile. Certains citoyens ont besoin d'une étape intermédiaire et ils sont alors hébergés dans des services communaux non médicalisés. Le Centre de réadaptation de la ville de Køge est un exemple flambant neuf de cette offre de soins intermédiaire. Il est conçu comme une plateforme au service du bien-être des habitants et offre des plateaux de rééducation modernes mais aussi des espaces de socialisation pour les patients souffrant de pathologies chroniques. L'utilisation des nouvelles technologies pour favoriser la réduction des durées moyennes de séjour et le retour à domicile a particulièrement intéressé les délégués français. Le robot ROBERT® de la compagnie Life Science Robotics permet de mettre en place une rééducation anticipée et efficace des patients en complément des soins offerts par les kinésithérapeutes.

En Suède
, la délégation a pu approfondir certaines thématiques inhérentes au développement des parcours de soins ville-hôpital. Au CHU de Karolinska, la Direction de l'Innovation a présenté une avancée de ses travaux en matière de télémédecine. Différentes solutions sont utilisées pour améliorer la qualité des soins des patients à domicile et leur éviter de se déplacer. Le chef du service de neurologie a ainsi présenté une solution qui permet la titration des patients souffrant de la maladie de Parkinson à domicile. Cette procédure, qui requérait neuf jours d'hospitalisation et 315 minutes passées par le médecin, est aujourd'hui réalisée en trois jours à domicile, pour un total de 90 minutes passées par le médecin. Le paiement à la valeur des soins est une innovation majeure qui se développe en Suède comme en France. Grâce au Docteur Stalberg du Comté de Stockholm, le Conseil d'Administration de la FHP-SSR a pu découvrir en détails comment a été conçu et mis en œuvre le modèle de paiement Orthochoice. Il s'agit d'un financement au parcours de soins (bundled payment) pour les prothèses de hanche et de genou des patients simples. Un financement forfaitaire couvre l'ensemble du parcours, des rendez-vous initiaux aux éventuelles complications. Le Docteur Wiren, responsable du service d'orthopédie de Hôpital St Göran du groupe Capio a complété la présentation en expliquant comment il avait réorganisé son service pour répondre à ce nouveau paradigme. En effet, le financement au parcours de soins implique une organisation très fiable et qualitative pour être rentable.

En synthèse, le programme de visites au Danemark et en Suède ont permis aux délégués de découvrir deux exemples de stratégies pour assurer la viabilité à long terme de l'offre de soins, en responsabilisant les acteurs de santé dans leur efficience médico-économique d'autre part.
Inscrivez vous à notre newsletter
Une fois par mois, restez informé de l'actualité de nos voyages d'étude santé et médico-social.
En cliquant sur le bouton vous acceptez nos termes et conditions.
Photos
Voyages d'étude récents